L’infertilité signifie l’impossibilité de tomber enceinte au bout d’au moins un an d’essai (ou 6 mois si la femme a plus de 35 ans). 

Si une femme continue d’avoir des fausses couches, on est aussi devant une infertilité. L’infertilité féminine peut être causée par l’âge, les problèmes physiques, les problèmes hormonaux et les facteurs de style de vie ou environnementaux.

En plus, beaucoup de couples ont plus qu’un problème qui affectent leur capacité à concevoir.

Par exemple, une femme peut avoir l’endométriose et son partenaire peut avoir une faible numération des spermatozoïdes.

Les deux problèmes affectent la fertilité et la conception.

Si la cause de l’infertilité est «inexpliquée», ce qui signifie que, après vérification approfondie de la situation, il n’y a pas de cause identifiable ou spécifique pour l’infertilité.

Cependant, quelque chose est évidemment à l’origine du problème et l’approche naturelle est souvent la meilleure approche à adopter pour trouver la solution.

L’origine du problème pourrait être des facteurs de style de vie, des carences nutritionnelles, des problèmes émotionnels ou des causes environnementales.

Les plantes de fertilité sont utiles pour nourrir le corps et le système reproducteur féminin, ce qui aide à détendre le système nerveux et à faciliter la conception.

Je vais vous révéler un petit secret sur la santé naturelle et la fertilité.

La médecine naturelle traite l’infertilité féminine à travers une approche globale. En fait, il est important de commencer par l’adoption d’un mode de vie sain. De plus, chaque organe dans le corps est important et il doit fonctionner correctement.

infertilité féminine

 

Quelles sont les causes de l’infertilité féminine?

L’infertilité féminine peut être causée par un grand nombre de facteurs: déséquilibre hormonal, le syndrome des ovaires polykystiques, l’endométriose, des cycles anovulatoires, un blocage physique, une production d’hormones insuffisante, une courte phase lutéale, le manque d’hormone lutéinisante, des niveaux élevés de prolactine et bien d’autres.
Une mauvaise nutrition joue souvent un rôle important, tout comme l’exposition aux toxines. L’âge joue un rôle moins important avant la ménopause qu’on ne le pensait à l’origine.
Les changements alimentaires et le mode de vie peuvent faire une énorme différence contre l’infertilité féminine et souvent aident à traiter d’autres problèmes comme l’excès de poids, le manque d’énergie, les problèmes de sucre dans le sang, les problèmes de la peau et l’insomnie.

En fait, pendant des milliers d’années des traitements naturels et holistiques ont été utilisés pour améliorer la fertilité chez les femmes. Des remèdes à base de plantes et homéopathiques ont un effet positif sur le système hormonal, les organes reproducteurs et la libido.

L’alimentation et l’infertilité féminine

L’alcool, la caféine et le tabac

Même une consommation modérée peut augmenter les taux de prolactine et empêcher l’ovulation. Par conséquent, l’élévation de la prolactine se produit suite à l’utilisation des antidépresseurs, des analgésiques, des hallucinogènes et de la marijuana. L’infertilité féminine a été liée au tabagisme. Non seulement il diminue la fertilité, mais il peut accélérer la ménopause. En fait, les femmes qui consomment une tasse de café par jour sont deux fois moins susceptibles de concevoir. De plus, la caféine est impliquée dans la douleur cyclique du sein et la maladie fibrokystique du sein.

Gluten, soja et blé

L’incidence de l’intolérance au gluten ou la maladie cœliaque est plus élevée chez les femmes qui souffrent d’infertilité inexpliquée. L’intolérance au gluten n’est pas seulement liée à l’infertilité féminine inexpliquée, mais aussi aux fausses couches à répétition. Par conséquent, une intolérance au gluten, contribue à une malabsorption des nutriments tels que le fer, le zinc et l’acide folique qui sont essentiels à la reproduction. Un respect strict d’un régime sans gluten résout généralement des symptômes, y compris l’infertilité inexpliquée et les fausses couches à répétition. Le gluten est une protéine présente dans différentes céréales dont le blé, l’épeautre, l’orge et le seigle. Un autre allergène commun qui est dommageable à la santé reproductive est le soja. Le soja est une source puissante de xéno-œstrogènes. Les isoflavones de soja peuvent créer des effets néfastes à la fois sur les systèmes reproducteurs masculin et féminin.

Sucres raffinés et l’intolérance à l’insuline

Il existe un lien très fort entre la résistance à l’insuline et l’infertilité féminine, même quand il n’y a pas de SOPK. Trop d’insuline dans le sang favorise le facteur de croissance de l’insuline, ce qui provoque la croissance des kystes et des fibromes.En outre, les niveaux élevés d’insuline peuvent contribuer à des anomalies de l’axe HHS (hypothalamo-hypophyso- surrénalien), ce qui affecte les niveaux d’hormones. La résistance à l’insuline est causée par la surconsommation de sucres et de glucides, ainsi qu’une absence de bons nutriments, en particulier les acides gras oméga 3. En outre, le sucre raffiné et la consommation de glucides jouent un rôle dévastateur dans le syndrome des ovaires polykystiques.

Autre conseils nutritionnels contre l’infertilité féminine

-Retirer les grains, les aliments transformés  et les sucres. Prendre les hydrates de carbone nécessaires à partir de légumes, des fruits et des féculents comme les pommes de terre douces et la courge.
-Augmentation des graisses saines à partir de sources telles que les noix de coco, l’huile de noix de coco, les olives et l’huile d’olive, les viandes nourries à l’herbe, les œufs, l’avocat et les fruits à écale.
-Manger beaucoup de légumes, de variétés à feuilles vertes comme la laitue, les épinards, le brocoli, le chou-fleur, le chou frisé, le chou, bette à carde et le choux de Bruxelles.
-Éviter les produits laitiers surtout transformés.
-Buvez suffisamment d’eau.

Infertilité féminine et mode de vie

-Maintenir un poids santé, étant en surpoids peut affecter les niveaux d’hormones du corps, ce qui rend difficile de concevoir. Par ailleurs, une perte de poids saine peut augmenter les chances de tomber enceinte.
-L’activité physique, comme la marche, la natation et le jogging vous aide à rester en forme et actif avant et pendant votre grossesse. De plus, elle vous aidera à vous remettre en forme après la grossesse.
-Surveillez votre température basale du corps pour déterminer le moment le plus probable de l’ovulation pour planifier l’activité sexuelle.
-Réduire le stress par la pratique des techniques de relaxation telles que l’acupuncture et la méditation.
-Gérer les émotions négatives au cours du processus de pré-conception en obtenant le soutien de votre partenaire, la famille et les amis.

Quelles sont les plantes à utiliser contre l’infertilité féminine?

Les baies du gattilier (Vitex agnus)

Le gattilier peut stimuler et normaliser les fonctions de la glande pituitaire, en particulier sa fonction de progestérone. La plus grande utilisation de Vitex agnus castus – ou gattilier – réside dans la normalisation de l’activité des hormones sexuelles féminines et il est donc indiqué pour la dysménorrhée, le stress prémenstruel et d’autres troubles liés à la fonction hormonale. Lisez l’article complet sur le gattilier et la fertilité.

La racine de l’angélique chinoise (Angelica sinensis)

Dong Quai est une plante chinoise utilisée comme un tonique sanguin. Elle contient des micronutriments connus pour leurs propriétés bénéfiques pour le renforcement du sang (fer, vitamine B12 et la vitamine E). En outre, l’angélique chinoise équilibre l’œstrogène dans le corps et est traditionnellement utilisée en Chine pour réguler le cycle menstruel. Cependant, cette plante est un diluant du sang et pour cette raison, elle ne devrait pas être utilisée pendant la menstruation. La racine peut être utile pour améliorer les chances d’implantation pour les femmes qui ont des problèmes auto-immunes, mais ne devrait pas être prise si vous prenez déjà de l’aspirine pour réduire la coagulation sanguine.

La racine de la fausse licorne (Jaune Chamaelirium)

Utilisée pour l’aménorrhée, la dysménorrhée, l’endométriose, le déséquilibre hormonal (effet d’équilibrage), l’infertilité féminine, les nausées matinales, les kystes ovariens, rectorragies, prolapsus utérin. En outre, c’est un tonique pour les organes reproducteurs, aide à tomber enceinte et a maintenir la grossesse et a un effet de normalisation sur les ovaires. En fait, elle est utilisée dans l’infertilité causée par un dysfonctionnement dans la formation folliculaire dans l’ovaire. Elle est utile contre la douleur de l’ovaire et la sécheresse vaginale.
Suivez les instructions: Une dose élevée peut provoquer une irritation des reins et de l’estomac, des bouffées de chaleur, une vision floue ou des vomissements.

L’igname sauvage – Wild yam – (Dioscorea Spp)

L’igname peut augmenter la production de progestérone pour les femmes avec de courtes phases lutéale mais elle doit être prise après l’ovulation. Si elle est prise avant, cela pourrait empêcher l’ovulation.

Les feuilles d’ortie

A une teneur très élevée en minéraux. Elle contient beaucoup de chlorophylle et elle nourrit les glandes surrénales et les reins. En outre, elle aide à réduire le stress et est un tonique utérin puissant. Une fois enceinte, l’ortie est idéale pour obtenir suffisamment de nutriments pendant la grossesse et a une teneur élevée en vitamine K pour prévenir l’hémorragie.

Le pissenlit

Renferme des vitamines A et C ainsi que des oligo-éléments. La racine est bénéfique pour le foie et la feuille est légèrement diurétique. Peut aider à nettoyer le corps et éliminer les toxines.

La luzerne

Contient des vitamines A, D, E et K et 8 enzymes digestives. Contient des oligo-éléments et est souvent ajoutée aux vitamines synthétiques en raison de son profil élevé de vitamines.

Le trèfle rouge

A une très forte teneur en vitamines et contient presque tous les oligo-élément. Il est connu pour ses capacités à restaurer l’équilibre hormonal et la fertilité.

La maca

Utile pour l’équilibre des hormones, réputée dans le monde entier par ses propriétés favorisant la fertilité et la vitalité. Néanmoins, les femmes devraient la prendre entre les règles et l’ovulation et cesser de la prendre pendant la grossesse. C’est une plante très puissante qui a souvent des effets très notables sur la fertilité.

Les feuilles de framboisier rouge

Sont riches en caroténoïdes, acide citrique, tanins, vitamines A, B, C, et E. Elles ont aussi une forme facilement assimilable de fer, calcium, phosphore, potassium et de silice. C’est un tonique utérin et utile pendant la grossesse.

L’approche holistique contre l’infertilité féminine

Carol Rogers auteur de “The Women’s Guide to Herbal Medicine », recommande un processus en trois étapes pour traiter l’infertilité féminine avec des plantes:
-Utiliser les normalisateurs hormonaux jusqu’à ce que le cycle devient régulier: le gattilier, l’igname sauvage et la racine de fausse licorne.
-Ensuite, les teintures ou les tisanes nourrissantes sont prises pour plusieurs mois: la luzerne, l’ortie, le trèfle rouge, la feuille de framboisier, la racine de pivoine, la racine de rehmannia et l’angélique chinoise.
Le trèfle rouge et le framboisier rouge sont riches en calcium et en magnésium, deux minéraux particulièrement bons pour la conception.
-Enfin, utiliser des toniques de l’utérus pendant 2 mois ou jusqu’à la conception: la racine de fausse licorne, l’actée à grappes bleues et l’hydraste du Canada.

Pendant la grossesse, n’utilisez pas les plantes sans l’avis d’un professionnel.

Les vitamines qui favorisent la fertilité

La vitamine D

Une carence en vitamine D est très commune, surtout pendant l’hiver, et peut être très préjudiciable à la santé globale . Des études récentes ont associé la carence en vitamine D à l’infertilité et aux fausses couches.

La vitamine C

Un puissant antioxydant, la vitamine C est bénéfique en cas d’infertilité masculine et féminine.

L’acide folique

L’acide folique est une vitamine nécessaire en début de grossesse pour prévenir les complications, mais il est plus bénéfique lorsqu’il est pris pendant plusieurs mois avant la grossesse. Il aide la division cellulaire et favorise l’ovulation.

Le zinc

Très important pour la division cellulaire, y compris la production de sperme et de l’ovulation. Il est plus efficace lorsqu’il est pris en combinaison avec les vitamines B.

Le sélénium

Aide à protéger le corps contre les radicaux libres et protège les spermatozoïdes et l’œuf. Aide la division cellulaire et pourrait prévenir les fausses couches.

Les vitamines B

Une carence en vitamines B est fréquente chez les personnes consommant de grandes quantités d’aliments transformés, les céréales ou les sucres. Optimiser les niveaux de vitamine B peut augmenter l’hormone lutéinisante et l’hormone folliculo-stimulante pour améliorer la fertilité.

Le surpoids et la fertilité

Dans une étude, publiée dans le Journal of the College of Physicians and Surgeons Pakistan 2013. 96 femmes obèses ont suivi un programme de changement de style de vie dans lequel l’exercice physique et les directives alimentaires ont été fournis.

Après six mois au programme, les participantes qui ont diminué leur graisse et leur poids corporel ont eu une augmentation de 42% de la conception naturel et une augmentation de 22% de la conception avec un traitement d’induction de l’ovulation.

Comment les probiotiques améliorent la fertilité?

L’intestin et la microflore vaginale ne sont peut-être pas les premières choses auxquelles nous pensons en cas d’infertilité, mais peut-être qu’ils devraient l’être? Les bactéries bénéfiques vivant dans le tractus gastro-intestinal sont responsables de nombreux processus métaboliques essentiels, tels que: une bonne digestion des aliments, la biodisponibilité de nombreux types de vitamines, la régulation du système immunitaire et c’est la première ligne de défense contre les agents pathogènes.

À un niveau très basique, ces fonctions clés ont toutes un impact sur la fertilité d’une personne, par exemple, meilleure est la digestion des aliments et l’absorption des vitamines et des minéraux, mieux le corps est alimenté par toutes les réactions chimiques nécessaires pour équilibrer nos hormones. La régulation hormonale est la clé pour réussir à concevoir!

Cependant, au-delà de ces aspects générales des probiotiques, l’importance des probiotiques pour la fertilité est à prendre au sérieux. Voici pourquoi!

Les infections et la fertilité

Les infections à l’intérieur de n’importe quel système dans le corps peuvent être extrêmement préjudiciables à la fertilité et à la grossesse, cependant les infections du vagin et du système reproducteur présentent la menace la plus évidente. En fait, la prise de probiotiques par voie vaginale à donné des résultats satisfaisante contre les ’infections génitales récidivantes.

Les agents pathogènes (mauvaises bactéries!) dans le placenta et le liquide amniotique

Pendant longtemps, notre compréhension a été que l’utérus est un environnement stérile pour le bébé. Et, qu’à la naissance du bébé, il récupère son microbiote de la mère. Or, les résultats de recherches récentes, ont indiqué le contraire; le placenta s’est avéré contenir des bactéries. Et ceux-ci sont transférées au bébé tout en restant dans l’utérus.

L’inflammation et la fertilité

L’infertilité est souvent corrélée à une inflammation systémique accrue. Cela peut être vu chez les femmes atteintes d’endométriose et d’autres maladies inflammatoires. De plus, l’inflammation est un marqueur d’un système immunitaire déséquilibré.

Une étude publiée en 2014 dans le journal «Seminars in Reproductive Medicine» a montré que l’inflammation peut affecter l’équilibre des deux principales hormones, l’œstrogène et la progestérone.

Par conséquent, l’inflammation, peut conduire à la dominance d’œstrogène, et un manque relatif de progestérone.

Alors, qu’est-ce que cela a à voir avec les probiotiques?

En fait, de nombreux essais cliniques ont montré que la supplémentation probiotique peut être très efficace pour réduire l’inflammation systémique.

Fait encore plus intéressant, une étude de cohorte portant sur plus de 33 000 femmes en Norvège a montré que la consommation d’une boisson probiotique laitière spécifique entraînait une inflammation placentaire réduite. En plus, l’inflammation placentaire peut entraîner des complications de la grossesse telles que la pré-éclampsie, empêchant ainsi de réduire les risques de malformations congénitales et de fausses couches.

Qui aurait pensé qu’une simple boisson lactée probiotique pourrait avoir des effets considérables dans le corps pour calmer l’inflammation au placenta, et jouent donc un rôle dans la protection d’un fœtus en développement!

L’infertilité et la prolifération de candida

Le candida, est lié à l’endométriose, les fibromes et les kystes de l’ovaire. En outre, il peut être lié à un faible nombre de spermatozoïdes et à des problèmes de motilité chez les hommes. Cela peut créer un déséquilibre hormonal dans votre corps.

Les toxines secrétés par les levures sont traitées comme un faux œstrogène, et le corps va penser qu’il a produit des niveaux adéquats d’œstrogènes. Par conséquent, il va signaler une réduction de son propre œstrogène. Ce qui va certainement conduire à l’infertilité.

En outre, l’infection à levure peut être transféré à votre partenaire pendant les rapports sexuels.

Les infections à levures vaginales récurrentes entraînent un déséquilibre de la flore vaginale interne, ce qui peut rendre plus difficile l’accès du sperme à l’utérus.

Le sperme n’est pas tué par la prolifération de Candida, mais parce que l’infection change la consistance de la muqueuse cervicale, il serait plus difficile pour le sperme d’atteindre sa destination.

Des chercheurs Brésilien ont examiné l’efficacité de la curcumine contre 23 souches de champignons, y compris candida albicans. Ils ont trouvé qu’une concentration assez faible de curcumine était capable d’inhiber complètement la croissance de Candida albicans (ainsi que bon nombre d’autres souches de champignons).

D’autres recherches stipulent que l’utilisation du curcuma contre les champignons se fait pendant 2 mois.

Conclusion

J’espère que tous ces conseils vous seront utiles, surtout ne perdez pas espoir et sachez que la clé de la réussite consiste à détecter les causes sous-jacentes qui affectent votre système reproducteur.

Comme on l’a déjà évoqué dans la séries d’articles concernant l’inflammation intestinale, ainsi que le candida albicans et les effets du microbiote intestinal sur la santé, sachez que la plupart de vos problèmes de santé commence dans votre intestin.

Lisez aussi ces articles: Comment augmenter la progestérone ET Comment diminuer l’œstrogène.

Bonne chance !

Sources
-http://www.fertilityfactor.com/natural-treatments-for-infertility.html
-http://wellnessmama.com/1326/get-pregnant-naturally/
-https://www.fertilityauthority.com/blog/sarah-clark/2015/1/30/could-your-infertility-be-linked-candida
-https://www.fertilityauthority.com/blog/marta-montenegro/2014/10/01/gut-bacteria-and-improved-fertility
-https://www.optibacprobiotics.co.uk/blog/2017/03/getting-pregnant-could-probiotics-help

Articles similaires



Related news

Monster girl quest gargoyle tattoo
Musicas moda de violas mexican
Partidos de direita x esquerda translate
Claritromicina tabletas para que sirve
Unique baby girl shower favors
Luxury accommodation akaroa nz images
Parque del retiro cerrado brazil
King and queen seat maryland directions and maps